Beja : la vallée de Beja en Tunisie

La tunisie verte, Beja et la vallée de Beja direction tabarka
Rating: 4.8/5. From 4 votes.
Please wait...
(Last Updated On: 11 août 2018)

Ville située au nord-ouest de la Tunisie, Béja se situe au sein d’un environnement verdoyant abritant de superbes paysages allant de hautes montagnes recouvertes d’arbres aux vastes plaines agricoles sans oublier quelques vallées fluviales. Elle se trouve à environ 100 km de Tunis et à environ 50 km de la frontière du pays avec l’Algérie. C’est un site incontournable que nous vous invitons à découvrir durant un séjour sur le sol tunisien.

Le pont de Beja, au nord ouest de la Tunisie
le Pont Cinquième

Lire aussi – Pont cinquième : un pont-ferroviaire de Béja en Tunisie

Un trait d’histoires sur Béja

La présence de pierres taillées sur le site et la structure des habitations typiques de la région indiquent que le site actuel de Béja a été occupé dès la préhistoire. De nombreux écrits historiques en témoignent également puisque certains narrent l’histoire de la ville jusqu’en 674 tandis que d’autres confirment que le site était déjà occupé avant l’arrivée des Phéniciens sur place. Il semblerait même que Béja existait déjà avant la fondation de Kairouan.

Après l’arrivée des Phéniciens, dont l’occupation est aujourd’hui encore prouvée par la présence de nécropole punique sur le site, la ville est devenue encore plus prospère. Leur culture et leurs croyances se sont ensuite mélangées à celles des peuples berbères qui y vivaient déjà.

Vallé de beja le poumon vert de la Tunisie
vallée de beja

Cette prospérité fut néanmoins mise à mal par les guerres puniques qui se sont succédé puis par l’épopée de Jugurtha qui finit par perdre face aux Romains. L’invasion de ces derniers donne un nouveau tournant à Béja puisqu’ils reconstruisent totalement la ville ravagée par les guerres. Ils y bâtirent de nouveaux monuments et diverses infrastructures qui ont contribué à embellir la ville. Pendant près de quatre siècles, Béja recouvre sa prospérité d’antan et aujourd’hui encore, elle garde quelques vestiges de cette embellie romaine.

Pont de Beja, au dessus passe une ligne de chemin de fer
Pont de beja, un pont construit en 1912

Par la suite, d’autres attaques la saccagèrent et Béja fut même laissée à l’abandon pendant près d’un siècle. Du fait de son emplacement stratégique, elle se retrouve, à plusieurs reprises, au cœur des conflits.

De son passé tourmenté subsiste encore de nombreux vestiges, aujourd’hui considérées comme des trésors inestimables de Béja.

Le nom antique de Béja est Vaga.

La vallée de Beja en Photos, le Pont Cinquième, Le Oued majrda

Lire aussi : Cap sur Béja, en Tunisie

Pont ferroviaire de Beja
Beja et le pont ferroviaire

Que voir à Béja ?

De nos jours, Béja est un site incontournable lors d’un séjour en Tunisie. La ville abrite de nombreux monuments et lieux à visiter dont les principaux sont :

la vallée de la Medjerda près du barrage de Sidi Salem
vallée de la Medjerda
  • Le centre-ville :

Avant d’entrer à Béja, le regard est attiré par une statue composée de trois cigognes. Ces oiseaux ont, depuis toujours, été considérés par les habitants comme symbole de prospérité.

Le centre-ville abrite une médina entourée de « kasbah » ou remparts et une ville moderne qui a été rénovée en 1938. La rénovation a permis l’assainissement du site et la mise en place d’un quartier européen sur la rive droite de l’oued Bouzegdem. Cette partie de la ville abrite également l’hôtel de ville qui occupe un Palais construit en 1933 et aujourd’hui classé.

Le Oued majrda le fleuve de Tunisie
Le Oued majrda
  • Le pont de Trajan :

Cette infrastructure a été inaugurée en l’an 129 ce qui en fait l’un des plus anciens vestiges de Béja. Le pont doit son nom à Trajan, l’homme à qui l’on doit sa construction. Long de 70 mètres et large de 7, 30 mètres, le pont se compose de trois arches.

La tunisie verte et les coquelicots
Des coquelicots dans la Tunisie Verte
  • La Médina :

On y trouve de nombreuses infrastructures religieuses comme la mosquée du Bey et la grande Mosquée. Elle abrite également plusieurs mausolées, diverses fontaines et quelques résidences dont le palais du Bardo qui date de 1615.

le Oued majrda au barrage de Sidi Salem
Oued majrda à l’entrée du barrage de Sidi Salem
  • La Kasbah de Béja :

La Kasbah de Béja est un vestige à ne pas manquer. Celle qui est aujourd’hui encore visible a été construite par les Romains. En 448, elle a été démantelée pour ensuite être restaurée en 533. En 1738, une nouvelle tour lui a été rajoutée, mais en 1881, de nouvelles attaques la démolissent. En 2005, une nouvelle restauration de la kasbah a été menée pour préserver ce symbole de la cité fortifiée que Béja a été pendant plusieurs siècles.

Champ de coquelicots près du Oued Zarga
Des coquelicots à perte de vue en Tunisie
  • Des édifices religieux :

Plus de 98 % de la population de Béja sont de confession musulmane sunnite ce qui explique la présence de nombreuses mosquées à travers la ville. Ces dernières, même si remplissent la même mission, affichent des architectures très variées puisqu’elles ont été construites à différentes époques de l’histoire de la ville.

La tunisie verte, Beja et la vallée de Beja direction tabarka
La magnifique vallée de Beja

La visite de Béja ne serait donc pas complète sans avoir admiré le style architectural de ses mosquées. Parmi elles, nous vous invitons à découvrir la Grande Mosquée dont la construction remonte en 944. L’édifice a été construit sur les restes d’une basilique chrétienne. A part cette mosquée, celle du Bey vaut également le détour. Cette dernière applique le rite hanéfite et abrite une médersa.

Champ de coquelicots près du barrage de Sidi Salem
Les coquelicots près de l’oued Marjda

Et puisqu’une minorité d’habitants n’est pas musulmane, Béja abritait également quelques églises chrétiennes dont l’église Notre-Dame-du-Rosaire. Cette dernière, aujourd’hui transformée en complexe culturel, a su garder son style roman.

  • Les jardins de Béja :

Située au cœur d’un environnement verdoyant, Béja compte plus de 48 jardins publics ainsi qu’un parc urbain. Ces espaces verts, avec leurs vastes surfaces gazonnées et leurs massifs de fleurs aux couleurs vives, contribuent à améliorer la beauté de la ville.

Le oued Zarga au loin
Oued Zarga, une immense réserve d’eau pour l’irrigation
  • La vallée de Béja :

Et toujours en termes d’espaces verts, la vallée de Béja, laquelle est rattachée à la vallée de la Medjerda, est un site à ne pas rater. La zone abrite de très vastes champs agricoles, souvent implantés à proximité de points d’eau. Tout autour de ces champs, on retrouve des terrains gazonnés à perte de vue sur le vert desquels se démarquent ici et là des parterres de coquelicots ou d’autres fleurs aux couleurs chatoyantes. Et au sein de cet univers verdoyant se démarque une infrastructure ultramoderne qui semble tout à fait incongru dans ce calme et cette authenticité. Il s’agit du fameux Pont Cinquième de Béja qui a été construit en 1912.

Maraichage dans la vallée de la Medjerda
Culture à la vallée de la Medjerda

Que faire à Béja ?

Béja est le lieu de nombreux festivals auxquels les visiteurs sont naturellement conviés. Le plus important d’entre eux est le Festival d’été qui se tient à partir de la mi-juillet jusqu’à la mi-août. Ces évènements permettent de découvrir la culture des habitants ainsi que la gastronomie locale.

En cuisine, les Béajois privilégient la cuisson à la vapeur. A la base de leur alimentation, on retrouve le couscous, les légumes et la viande toujours cuits avec des épices. Le fromage y est également très utilisé notamment les types traditionnels comme la rigouta qui est un incontournable au déjeuner.

Le oued Zarga au loin
Oued Zarga, une immense réserve d’eau pour l’irrigation

Parmi les plats qu’il vous faut absolument goûter, on vous recommande la rechta au osban, la kamounia et les desserts comme la rfissa, la zlabia ou encore les mkharek.

Découvrez aussi : Les sites incontournables de la Tunisie

 

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *