Santorin avec un petit budget !

(Mis à jour le: 8 mai 2019)
Santorin avec un petit budget !
3.8 (76%) 5 vote[s]

Depuis que j’ai vu le film Mamma Mia ! qui met en scène l’un de mes acteurs préférés, Pierce Brosnan, la Grèce ne me quitte plus. J’ai même demandé à mes parents pourquoi je ne suis pas née grecque tant j’aurai aimé naître dans ce pays qui, pour moi, se rapproche du paradis. Même si le film en question m’a beaucoup fait rire tout en m’émouvant et que j’ai apprécié reprendre avec eux les chansons du groupe Abba, c’est surtout la beauté du pays qui me subjugue. Dès que je l’ai visionné pour la première fois, je me suis faite la promesse d’y aller un jour même si ce n’est pas sur la fameuse île de Kalokairi du film. 6 ans plus tard, me voici à l’aéroport Charles-de-Gaulles de Paris, avec un billet pour la ville de Santorin …

Un rêve devenu réalité

Découverte de l'île de Santorin en Grèce

Pendant six longues années, j’y ai tellement rêvé que j’ai économisé chaque centime pour enfin réaliser ce voyage et me voici enfin. J’avais tellement hâte de décoller que mes valises étaient bouclées depuis des semaines. Heureusement, je n’ai oublié que la brosse à dent sinon, mon budget aurait vite été épuisé si j’avais oublié le maillot de bain, un must-have à Santorin ou encore ma crème solaire. J’ai également acheté un beau chapeau à larges bords pour un petit côté touriste chic ce qui était loin d’être mon cas.

Découvrez l'île de Santorin en Grèce

A vrai dire, je voulais tellement rester le plus longtemps possible à Santorin que j’ai sauté sur tous les bons plans que j’ai trouvé que ce soit en termes d’hébergements ou de restauration. Et je n’ai pas regretté une minute cette décision, car cela m’a permis de découvrir des lieux où les vrais touristes ne mettent jamais les pieds tout simplement parce qu’ils ne se donnent pas la peine de plonger dans le quotidien des habitants.

Zoom sur Santorin

Et moi, ne suis-je pas une touriste vous demandez-vous ? Sur le papier oui, mais dans ma tête, je suis une vraie grecque à quelques traditions près. Ce séjour m’a effectivement plongé dans des traditions et des cultures que je ne connaissais pas du tout malgré toute la documentation que j’ai faite sur le pays. Il faut dire qu’à force de côtoyer les vrais habitants, j’ai fini par me faire de nombreux amis qui m’ont volontiers invité dans leurs fêtes familiales. Pour moi, c’est là que se découvre la vraie Grèce.

Que voir à Santorin ?

Bien sûr, tous les jours, je piquais une petite tête dans la mer bleue azur de la ville et je me laissais dorer sur la plage comme tous les touristes, mais dès que le soleil commençait à monter un peu plus dans le ciel, je remballais mes affaires pour partir à la conquête des terres. Je voulais seulement un petit hâle doré et non pas me cuire au soleil !

Découvrez aussi :

 

J’ai oublié la petite présentation

Cap sur l'île de Santorin

Pour ceux qui l’ignoreraient, Santorin fait partie des îles Cyclades qui baignent dans la mer Egée. Elle est l’île principale de l’archipel de Santorin. C’est un petit bout de terre qui s’étend sur à peine 76, 19 km².

Sa plus grande ville est Fira qui est aussi la plus touristique avec la ville d’Oia. Inutile de vous dire que les prix y sont chers à longueur d’année et peuvent même doubler durant la haute saison touristique.

Les bons plants pour un séjour à Santorin

C’est la raison principale pour laquelle j’ai préféré y aller pendant la basse saison et pourquoi j’ai choisi de dormir chez l’habitant. J’ai eu de la chance puisqu’un de mes proches y a travaillé pendant des années et m’a recommandé une gentille famille très attachée à leur île. Mon séjour chez eux s’est très bien passé et en plus, pas cher du tout avec 20 euros par jour, les trois repas compris avec les petits encas traditionnels. L’avantage avec ce type de bon plan c’est qu’on se sent un peu comme à la maison avec une famille chaleureuse qui vous adopte dès que vous passez la porte. Et on n’a plus besoin de guide pour découvrir l’île puisque mes nouveaux frères et sœurs Grecs se sont faits un plaisir de me faire visiter.

Mes bons plans pour vivre mon rêve de Grèce

Santorin : les sites à ne pas manquer

Si vous aussi, vous souhaitez suivre mes pas, alors voici les quelques bons plans que je n’ai pas regretté durant ce séjour à Santorin. Vous ai-je précisé que cette île fait partie des destinations les plus chères en Grèce ? Heureusement que les bons plans existent pour les petits budgets comme moi.

Le billet d’avion :

Le secret repose dans le EarlyBooking. Moi j’ai réservé dès l’hiver dernier pour un séjour planifié à l’intersaison grecque c’est-à-dire aux mois de mai-juin. Au final, mon billet aller-retour au départ de Paris m’a coûté dans les 250 euros.

Mettons le cap sur l'île de Santorin

L’hébergement :

Comme je l’ai dit plus haut, j’ai séjourné chez l’habitant, mais si vous préférez descendre à l’hôtel avec un petit budget, évitez les villes de Fira et d’Oia. Mieux vaut réserver dans un petit hôtel un peu éloigné des hauts-lieux touristiques comme à Périssa. De là, vous pourrez aller nager, faire une sortie en mer, admirer la superbe vue qui s’offre à vous vu que Périssa se situe en montagne, partir à la rencontre des habitants, descendre à Fira et Oia quand vous le souhaitez, …

Santorin pour petit budget

Ce n’est pas parce qu’on ne se trouve pas dans les quartiers touristiques qu’on ne peut pas bénéficier des mêmes avantages que les touristes fortunés. Au contraire, on en découvre plus qu’eux pour une somme plus raisonnable.

Pour ceux qui veulent choisir l’hébergement chez l’habitant sans connaître personne, cliquez sur les formules « Rent a room » ou « Rent to let ». Vous y découvrirez de nombreuses offres, mais pensez à demander sur les forums pour être sûr d’atterrir chez une bonne famille. En haute saison, leur prix peut grimper jusqu’à 40 €, mais ils restent négociables.

Enfin, même si je n’ai pas séjourné à l’hôtel, je veux bien vous donner une fourchette de prix. Les auberges de jeunesse proposent les plus bas prix avec une moyenne de 40 € pour un dortoir ou une chambre pour deux adultes. Viennent ensuite les hôtels 1 étoile avec une moyenne de 100 € la nuitée, puis les 2 étoiles avec environ 130 €, les chambres familiales pouvant accueillir deux adultes avec deux enfants proposées aux alentours de 150 €, les étoiles 3 étoiles avec une moyenne de 170 €, les hôtels 4 étoiles dont les tarifs varient entre 200 à plus de 400 € au cours de l’année, les étoiles 5 étoiles qui proposent des tarifs moyens autour de 350 €.

Où séjourner à Santorin ?

Il faut dire que les tarifs s’envolent vite au fur et à mesure qu’on gravit les étoiles, mais il faut quand même tenir compte des prestations proposées. Pour ceux qui pensent y rester plus d’un mois, mieux vaut chercher un petit appartement à louer. Cela serait beaucoup plus rentable puisque vous évitera de manger dehors.

Les moyens de locomotion :

Quand je vous parle de traditions plus haut, descendre la montagne à dos d’âne en fait partie. En tant que tradition, mes frères et sœurs Grecs m’ont encouragé à le faire, mais au bout d’un seul mètre, je suis descendue tant la bête me faisait pitié.

Je ne suis pas contre les traditions, mais je choisis quand même celle que je veux bien essayer ou pas. Au final, on est descendu à pieds en prenant l’escalier de 600 marches (là, un petit regret pour le dos de l’âne), mais cela fait partie de l’aventure. Autre option envisageable, prendre le téléphérique, mais ce serait un peu trop « moderne ».

Santorin : les astuces pour un séjour à petits prix

En ce qui concerne les transports en commun qui desservent l’île, il faut compter dans les 2, 50 euros pour un ticket. Les bus sont très pratiques, mais il faut parfois attendre plusieurs minutes avant que l’un d’entre eux veuille apparaître.

Si vous êtes du genre pressé, louez plutôt une voiture ou un quad.

Le circuit de visite :

Au bout de notre descente de 600 marches, nous arrivons à Fira. C’est une très belle ville, chic, luxueuse avec des grands hôtels ici et là et des restaurants de standing. C’est un peu une ambiance Miami beach, mais j’ai apprécié la visite. Du centre-ville, nous nous rendons jusqu’au Vieux-Port de Santorin. Le port est certes vieux, les navires qui y sont amarrés appartiennent, pour la plupart, à la jeune génération. Un vrai contraste ! Je profite de cette visite à Fira pour réserver une visite de l’île de Thirassia qui devait avoir lieu deux jours plus tard.

Santorin : les incontournables à découvrir

Après Fira, nous nous rendons à Oia. C’est également une ville chic et luxueuse, mais l’ambiance est plus bohème. On y découvre de nombreuses galeries d’art, de grandes églises aux murs blanches et au dôme bleu, des boutiques, …

Le lendemain, la visite est un peu plus sportif, car nous montons jusqu’à Théra pour y visiter son musée préhistorique. Avant et après la visite de l’établissement, je m’émerveille devant la superbe vue qui se tient devant moi. A ce niveau, j’ai vraiment peine à croire que je suis en Grèce.

Prendre de la hauteur à Santorin

Quand vient le jour de l’excursion, seule une de mes sœurs d’adoption m’accompagne. Thirassia est une toute petite île située, juste en face de la ville d’Oia. L’excursion n’était pas vraiment donnée, à 25 € par personne, mais je me devais de le faire parce qu’on m’a dit que malgré sa petite taille, l’île abrite un volcan encore actif. Sa vision sur ce fond bleu est un peu bizarre, mais oui, il est bien vivant, si je puis dire. Il donne naissance à des sources d’eau chaude où il fait bon de se baigner, mais l’heure du retour arrive trop tôt. Un jour peut-être j’y reviendrai …

A la rencontre de Santorin en Grèce

Après cette délicieuse parenthèse à Thérissa, mon séjour à Santorin se poursuit par la visite des petits villages reculés, souvent hors des circuits touristiques. Parmi eux, il y a Périssa dont je vous parlais plus haut, Akrotiri, Megalochori, Pyrgos, Karmari, … Aussi bien la rusticité des villages m’enchantent que l’accueil chaleureux des habitants sans compter les plages. Alors que je la retrouve noire à Périssa, du côté d’Akrotiri, elle devient rouge. Entre ces deux tons, le reste des plages gardent la couleur blanche ou dorée.

Coucher de soleil à Santorin

La meilleure période :

On évite les fins et les débuts d’année entre novembre à février, et on privilégie les intersaisons c’est-à-dire avril à juin puis septembre à octobre. Les températures sont plus clémentes durant ces périodes et la haute saison touristique n’est pas encore là.

Quand se rendre à Santorin ?

La haute saison s’étend de juin à août, donc si vous avez un petit budget, mieux vaut l’éviter. Pourquoi ? Parce que même dans les villages reculés, une épidémie de hausse des prix s’y fait ressentir.

Pour moi, Santorin a été une belle expérience que j’aurais aimé prolonger. Malheureusement, je n’avais que deux semaines devant moi, mais la prochaine fois, car il y aura forcément une prochaine fois, j’y resterais plus d’un mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *