Hippopotame, un animal à découvrir durant vos voyages

Hippopotame, un animal à découvrir durant vos voyages
Rating: 5.0/5. From 2 votes.
Please wait...
(Last Updated On: 27 juillet 2018)

L’hippopotame … on en voit souvent sur le petit écran et au zoo, mais on a rarement la possibilité d’en voir en vrai surtout lorsqu’il vit dans son habitat naturel. C’est pourtant un beau spécimen qu’il faut prendre le temps de découvrir. Voici ce qu’il faut retenir à son sujet et surtout les pays où vous pourrez en admirer …

Une petite description de l’hippopotame

 

Hippopotame

Hippopotame quelle famille?

C’est un mammifère de la famille des hippopotamidae. Cette dernière ne regroupe plus que deux espèces à savoir :

  • L’hippopotame amphibie ou hippopotame commun :

Animal semi-aquatique, l’hippopotame amphibie se reconnaît facilement à son corps massif en forme de baril, ses quatre pattes courtes ressemblant à des piliers, sa grande gueule qui peut s’ouvrir jusqu’à 150° quand il veut effrayer des adversaires potentiels. Dans sa gueule, on retrouve effectivement des canines et des incisives très aiguisées dont la longueur peut atteindre les 60 cm. L’animal les utilise plus en tant qu’armes défensives que dents pour se nourrir. A part cela, il se démarque aussi par la couleur gris-brun de sa peau avec quelques parties rosées sous le menton et autour des oreilles.

Les dents de l'hippopotame
Les dents de l’hippopotame

Cette espèce figure parmi les plus mammifères les plus imposantes de la planète après l’éléphant et le rhinocéros. A l’âge adulte, ils peuvent peser entre 1 600 kg à 3 200 kg chez les mâles contre 1 300 kg à 2 300 kg chez les femelles, voire même plus chez certains spécimens. Sa hauteur au garrot avoisine les 1, 5 m tandis que sa longueur oscille entre 3 à 5, 5 m.

  • L’hippopotame nain :

Contrairement à son cousin, l’hippopotame nain est plus petit et plus gracile. Sa gueule est aussi moins large et l’emplacement de ses orbites et de ses narines est moins proéminent. Alors que son cousin a une forme de lourd baril, l’hippopotame nain a un corps massif légèrement penché en avant. Ses quatre pattes sont également plus longues ainsi que son cou. Sa couleur oscille autour du vert-brun pour ensuite virer au grès crème vers le bas du corps.

A l’âge adulte, l’hippopotame nain atteint, à peine, le quart du poids de son cousin puisqu’il pèse entre 180 à 275 kg pour une longueur de 150 à 177 cm et une hauteur au garrot de 75 à 83 cm.

Attention, même si l’hippopotame a une silhouette lourde, trapue et est court sur pattes, il peut courir jusqu’à 30 km/h. C’est pour cela qu’il est considéré comme l’un des espèces animales les plus dangereuses en Afrique.

Les points communs entre les deux espèces

 

hippopotame, une gueule impressionnante
Les hippopotames sous l’eau.
  • Une peau fragile :

Aussi bien les hippopotames communs que les hippopotames nains disposent d’une peau fragile ce qui explique pourquoi ils restent jusqu’à 18 heures par jour dans l’eau. En effet, sous l’apparence rugueuse et dure de leur peau se cache un épiderme très fin et sensible aux attaques extérieures et un derme plus épais de 3 à 4 cm, mais qui s’avère également sensible puisqu’il est très innervé. A cela on ajoute des glandes sudoripares modifiées qui laissent s’échapper beaucoup d’eau à raison de 12 mg en seulement 10 minutes. Cette forte transpiration, jusqu’à 3 à 5 fois plus importante que chez l’homme, s’explique aussi par l’extrême finesse de sa couche cornée. Si l’animal reste trop longtemps au soleil, il risque alors de se déshydrater et c’est pour cela qu’il préfère rester dans l’eau surtout aux heures les plus chaudes de la journée.

hippopotame dans son miliieu naturel, l'eau
En savoir plus sur les hippopotames

A cause de cette fragilité, il doit également faire des bains de boues et des bains de terre pour se débarrasser des cellules mortes et des parasites qui s’y seraient incrustés.

  • Une sécrétion rougeâtre au niveau de la peau :

Quand on parle des hippopotames, on entend souvent qu’ils dégagent des « sueurs de sang ». En réalité, il ne s’agit pas de sang, mais d’une sécrétion que sa peau fait ruisseler surtout au niveau du dos pour se protéger du soleil. C’est un liquide visqueux et alcalin dont le reflet rouge le fait ressembler à du sang et qui lui sert d’écran solaire naturel. Au début, le liquide est incolore pour virer à l’orangé-rouge et enfin virer au marron au bout de quelques minutes.

  • Une alimentation nocturne :

Dans la journée, les hippopotames broutent l’herbe sur les berges de son point d’eau pour ensuite passer le reste de la journée à bailler et à dormir dans l’eau. Durant l’après-midi, les bâillements se multiplient pour indiquer que l’heure du repas s’approche. Il faut savoir que même s’ils broutent un peu durant la journée, l’essentiel de leur alimentation se fait seulement après le coucher du soleil.

Ainsi, quand la nuit tombe, les hippopotames sortent de leur point d’eau pour aller brouter dans un périmètre de 10 km au maximum de leur point d’eau. Pour s’y rendre, ils empruntent toujours les mêmes sentiers en nageant d’abord dans l’eau puis en sortant laissant parfois de grands trous au niveau des berges.

Hippopotame en train de bailler
Hippopotame

Malgré leur taille imposante, surtout chez les hippopotames communs, ces mammifères se nourrissent très peu. Leur ration quotidienne est de 40 kg d’herbe fraîche ce qui représente seulement 1 à 1, 5 % de leur poids total. Pendant les périodes sèches, il peut même jeûner pendant assez longtemps.

En ce qui concerne la nourriture proprement dite, alors que l’hippopotame nain se nourrit surtout de fougères, de fruits tombés au sol, de grandes feuilles dicotylédones et d’un peu de végétation aquatique, son cousin est plus sélectif et ne se nourrit que des graminées les plus appétissantes et d’un peu de végétation aquatique seulement.

La reproduction des hippopotames

 

hippopotame bouche ouverte

En savoir plus sur les hippopotames.

Les femelles sont très protectrices envers leurs petits. C’est pour cela qu’elles donnent naissance soit en eau peu profonde soit à terre, mais dans un endroit bien caché. Après leur naissance et pendant plusieurs mois, les petits resteront cachés

  • Chez l’hippopotame nain :

De nos jours, une grande majorité des hippopotames nains vivent en captivité, car ils sont menacés d’extinction. Cela a, semble-t-il, changé leur mode de reproduction, car si en général, les hippopotames vivent au sein d’un groupe dominé par un seul mâle polygame, dans les zoos, certains couples sont monogames et leur accouplement se fait aussi bien dans l’eau que sur terre. La maturité sexuelle de l’espèce naine se situe entre 3 à 5 ans.

La gestation dure entre 6 à 7 mois. La mise basse peut se dérouler sur terre ou dans l’eau, car les petits savent nager sitôt après être nés. A la naissance, ils pèsent entre 4, 5 à 6, 2 kg, les mâles étant toujours plus lourds. Pendant six à huit mois, ils seront allaités par leur mère et cela se fait dans l’eau. D’ailleurs, lorsque leur mère sort du point d’eau pour aller se nourrir, les petits restent dans l’eau pour se cacher et y attendent patiemment son retour. L’allaitement peut se faire trois fois par jour et toujours là où les petits sont cachés.

Hippopotame dans l'eau qui baille
Hippopotame dans l’eau
  • Chez l’hippopotame amphibie :

Du côté des hippopotames communs, l’accouplement se passe exclusivement dans l’eau et en surface, on ne voit que le mâle tandis que la femelle se contente de sortir ses narines de l’eau de temps à autre. La maturité sexuelle de l’espèce amphibie tourne autour de 6 à 13 ans chez les mâles et de 7 à 15 ans chez les femelles.

La gestation dure huit mois et les petits pèsent environ 30 kg à leur naissance. Face à une mère pesant plus de deux tonnes, ils sont tout petits, mais grandissent très vite. Au bout d’un an seulement, ils peuvent atteindre les 500 kg. Comme chez les hippopotames nains, l’allaitement se fait seulement dans l’eau et peut durer une année. En général, le petit reste auprès de sa mère jusqu’à ce que cette dernière donne à nouveau naissance. Les naissances sont généralement espacées de 24 mois et se déroulent toujours à la saison des pluies.

Où rencontrer des hippopotames ?

 

Hippopotame dans un cours d'eau
Hippopotame au zoo.

Les hippopotames sont des mammifères originaires d’Afrique. Alors qu’autrefois, on pouvait en rencontrer dans toute l’Afrique subsaharienne, aujourd’hui, seule une trentaine de pays africains en abritent encore. Les populations les plus importantes vivent en Tanzanie, en Mozambique et en Zambie, mais on en trouve aussi au Kenya, au Burkina, en Namibie, au Burundi, …

En ce qui concerne l’hippopotame nain, on en trouve surtout au Libéria, notamment au parc national de Sapo.

Et en dehors de l’Afrique, la Colombie abrite également une petite colonie qui a bien grandi depuis que Pablo Escobar a disparu. En effet, c’est ce dernier qui y a ramené des hippopotames et après son décès, ses mammifères lui ont survécu. Ils ont même été négligés et ce n’est que lorsque la colonie s’est agrandi que le gouvernement a pris des mesures adéquates.

Découvrez les hippopotames en Colombie.

Photos sous copyright, réutilisation interdite sans autorisation express du site.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *