En inde, l’Himalaya est visible à 200 km pour la première fois !

(Mis à jour le: 9 mai 2020)

Malgré le côté un peu draconien du confinement, on doit avouer qu’il est vraiment bénéfique pour nous. Et nous ne sommes pas les seuls à en bénéficier puisqu’avant tout, c’est mère nature qui se réjouit de cette période. En effet, depuis que le monde est confiné, le taux de pollution a chuté de manière conséquente. La preuve : en Inde, les populations qui vivent à environ 200 km de l’Himalaya peuvent désormais l’admirer de leur balcon. Un fait qui ne s’est plus produit depuis plus de 30 ans puisque la vue était totalement obstruée par d’épaisses fumées.

Une belle surprise pour les habitants du Pendjab

Pour les habitants de l’Etat du Pendjab en Inde, le confinement réserve vraiment de belles surprises. En plus de les protéger de la maladie, il leur a également permis de redécouvrir l’Himalaya depuis leur balcon.

Etant donné que l’Etat se trouve à seulement 200 km de ces chaînes montagneuses, on se dit que cela est tout à fait normal ce qui n’est pas le cas. Cela fait maintenant près de 30 ans qu’ils n’ont plus eu cette vision de rêve tant la pollution de l’air était épaisse et a complètement fait office d’écran devant ce massif montagneux. Vu l’envergure de l’Himalaya, la fumée devait vraiment être épaisse pour arriver à le dissimuler ainsi.

C’est alors une belle redécouverte qui prouve combien le confinement a contribué à faire baisser la pollution de manière considérable.

Lire aussi – Top 10 des villes où il fait bon de vivre dans le monde

Le confinement, bénéfique pour l’environnement

Depuis que le confinement a commencé en Inde, le nombre de voitures circulant dans les rues a grandement réduit. Les industries ont également été contraintes de réduire leurs activités et ne rejettent plus qu’un taux minimal de fumée dans l’air.

En moins d’un mois, ces baisses de la pollution ont permis à l’environnement de se purifier. Rappelons que le couvre-feu a été déclaré en Inde le 22 mars puis le confinement a débuté le 24 mars. Et dès la fin de ce mois, le Conseil Central du Contrôle de la Pollution du pays a déclaré une nette amélioration de la qualité de l’air à travers le pays.

En plus de la qualité de l’air respiré, les épais brouillards de fumée se sont également estompé d’où la possibilité de voir à nouveau l’Himalaya à plus de 160 km de là.

Face à cette surprise de taille, de nombreuses images témoignant de cette redécouverte ont rapidement circulé sur les réseaux sociaux.

Des baisses considérables enregistrées

L’Inde compte actuellement plus de 1,3 milliard d’habitants. Il n’est donc pas surprenant que le confinement de cette population aussi dense ait pu apporter de nets changements en peu de temps. Les études comparatives menées entre le 21 mars, veille du couvre-feu, et les deux premiers jours du couvre-feu, ont d’ailleurs affiché que :

  • Dès le premier jour de couvre-feu qui a débuté le 22 mars, le taux de particules dans l’air a chuté de 44 % à Delhi ;
  • La réduction du nombre de véhicules motorisés circulant dans les rues aux dates du 22 et 23 mars a permis une baisse de 51 % du taux d’oxydes d’azote (Nox) et de 32 % du taux de monoxyde de carbone (CO).

Et à cette époque là, le confinement n’a même pas débuté ce qui suppose qu’avec d’aussi bons résultats dès la période de couvre-feu, on ne peut qu’enregistrer de chiffres encore plus prometteurs depuis le début du confinement.

L’Himalaya où est-ce au juste ?

L’Himalaya

L’Himalaya est une chaîne montagneuse qui traverse de nombreux pays de l’Asie du Sud. Elle est longue d’environ 2 400 km et large de 250 à 400 km. La chaîne débute au Pakistan, à l’ouest de Nanga Parbat et se termine au Tibet, à l’est du Namche Barwa. Entre ces deux points, elle traverse l’Inde, le Népal, la Chine et le Bhoutan. En tout, il écrase une surface de 600 000 km².

Depuis de nombreuses années, l’Himalaya et plus précisément, ses hauts sommets attirent les trekkeurs du monde entier. La chaîne en compte 14 en tout dont le très célèbre Everest. Il est, non seulement le plus haut des 14 sommets de l’Himalaya, mais aussi le plus haut sommet du monde avec ses 8 848 m d’altitude. Malgré sa hauteur, de nombreux aventuriers partent à la conquête de son sommet enneigé depuis 1953.

Après l’Everest, l’Himalaya abrite aussi les 3e, 4e, 5e, 6e, 7e, 8e, 9e et 10e plus hauts sommets du monde à savoir :

  • Le Kangchenjunga dont l’altitude culmine à 8 586 m de haut,
  • Le Lhotse à 8 501 m de haut,
  • Le Makalu à 8 462 m d’altitude,
  • Le Cho Oyu à 8 201 m d’altitude,
  • Le Dhaulagiri à 8 167 m d’altitude,
  • Le Manaslu à 8 163 m d’altitude,
  • Le Nanga Parbat à 8 125 m d’altitude,
  • L’Annapurna I à 8 091 m d’altitude.

Son sommet le moins haut a un point qui culmine à 7 338 m d’altitude ce qui reste quand même très élevé. Malgré les grandes hauteurs des sommets de l’Himalaya, tous font l’objet d’alpinisme et de trekking.

Ils attirent, chaque année, des milliers de visiteurs qui, en plus d’aimer les sensations fortes et les hauteurs, veulent aussi découvrir la biodiversité des lieux. Il faut dire que ces chaînes de montagne abritent la source des plus grands fleuves asiatiques et contribuent à réguler le climat de toute la planète.

Visiter ces lieux permet de partir à la rencontre de nombreuses populations qui n’ont pas hésité à élire domicile dans ces sommets entre forêts et neiges. Notez que le mot Himalaya issu de « Hima » signifiant « neige » et « ãlaya » signifiant « demeure » veut dire « demeure des neiges ». A Pendjab, ce sont ces hauts sommets enneigés que l’on voit le plus et qui forcent l’admiration et la fascination pour ce géant qui trône au loin. La neige éternelle ne débute toutefois qu’à partir de 5 000 m d’altitude. En deçà de cette hauteur, les versants des montagnes sont recouverts de forêts, mais seulement jusqu’à 3 900 m d’altitude.

Outre les villages situés à ces hauteurs, savez-vous également que c’est dans ces hauteurs que Bouddha a vu le jour ? En témoignent aujourd’hui encore de nombreux sites sacrés établis ici et là à travers le massif montagneux. Et au fur et à mesure que vous longerez les lieux, des lacs de montagne, des vallées très secrètes et une grande variété de faune et de flore se dévoileront à vous.

Aujourd’hui, on recense plus de 300 espèces de mammifères qui vivent en ces hauteurs. Le tourisme de masse qui y règne depuis de nombreuses années a malheureusement fragilisé cet environnement. Chassées et exploitées de manière intensive, plus de 163 espèces de mammifères sont aujourd’hui en voie de disparition. Parmi elles, on trouve le tigre qui est pourtant le plus grand carnivore de l’Himalaya. On peut également citer la panthère des neiges, le rhinocéros indien, l’éléphant d’Asie et le Buffle d’Asie. Vous pourrez toujours en rencontrer quelques-uns, mais seulement si vous avez de la chance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code